Sur plus d’une centaine de propositions avancées par Olivier Longeon (EELV), la plupart concernent la nature et le cadre de vie. Peu touchent les domaines de la culture et du social, pourtant chers aux écologistes.

S’il est fidèle à sa couleur écologiste par le très grand nombre de propositions touchant à l’environnement, le programme d’Olivier Longeon pourrait aussi pâtir de cet excès de vert. Il est frappant en effet de constater que parmi les très nombreuses pistes et propositions annoncées par le candidat d’EELV – plus d’une centaine au total – l’immense majorité a trait à la nature, au cadre de vie et au bien-être animal. Aucune ne concerne l’économie et l’emploi et très peu la culture et le social.

Ville populaire

Ce dernier point est pourtant un axe important de mobilisation d’EELV et de ses électeurs. Certains pourraient regretter sa trop discrète présence. En particulier dans une ville populaire comme Saint-Étienne où le chômage et la pauvreté sont très présents et persistants. Le programme d’Olivier Longeon ne donne pas l’impression de s’adresser en priorité aux personnes les plus touchées par ces maux.

Pour tous les thèmes abordés, des orientations et des principes sont évoqués, mais ils restent vagues. C’est d’ailleurs l’une des singularités de ce programme : beaucoup de littérature et assez peu de concret (1). Quand le candidat affirme par exemple « nous réduirons les expositions aux ondes électromagnétiques », il ne précise ni dans quels endroits de la ville ni dans quels délais. Quand il promet « nous veillerons au bien-être de nos aîné·e·s en luttant contre l’isolement et la dépendance », cela n’est suivi d’aucune mesure de nature à changer la vie quotidienne des personnes concernées.

Quand il déclare « nous mènerons une politique spécifique de logement dans tous les quartiers qui visera à une meilleure équité dans la ville », nous ne savons rien des mesures qui seront mises en oeuvre. Et quand il annonce enfin « Nous re-municipaliserons la gestion de l’eau et d’autres services publics », il n’indique pas quels seront ces « autres services publics ».

Proximité avec Pierrick Courbon

L’autre point qui surprend le lecteur de ce programme est sa proximité avec celui de la liste Saint-Étienne Demain menée par Pierrick Courbon (PS). Ils partagent non seulement les mêmes griefs contre le maire sortant (ils dénoncent vivement l’ouverture du centre commercial Steel) mais aussi les mêmes orientations (écologie, démocratie locale, transports), les mêmes convictions et beaucoup de propositions.

Parmi ces dernières : la municipalisation de la gestion de l’eau, l’ouverture d’écoles, le développement de la gratuité des transports en commun, la création de pistes cyclables, le droit de votation d’initiative citoyenne, le « permis de louer » des logements, le développement de l’alimentation bio dans la restauration collective, les bugets participatifs de quartiers, l’ouverture de parkings relais, l’ouverture d’épiceries solidaires, le soutien aux arts de la rue, la plantation d’arbres, etc.

Dès lors, on peut avoir du mal à comprendre pourquoi Olivier Longeon a quitté le mouvement Saint-Étienne Demain dans lequel il s’était impliqué aux côtés de Pierrick Courbon pendant des semaines. Ou alors, on pourrait au contraire trop bien en deviner les raisons : son objectif, tel qu’énoncé au niveau national par le député européen EELV Yannick Jadot, serait de s’installer dans une rivalité électorale avec le PS pour inverser le rapport de force à gauche.

Division de l’opposition

Un rapport de force jusque-là très favorable aux socialistes et que les dernières élections européennes ainsi que certains sondages annoncent désormais fortement modifié, avec une poussée des écologistes dans les grandes villes. Mais la division qui en découle pourrait avoir pour conséquence la réélection de Gaël Perdriau (LR) avec une dynamique et un score renforcés par rapport à sa première élection en 2014. Et une opposition municipale de gauche d’autant plus affaiblie et inopérante.

Une telle attitude, purement tactique, est d’autant plus surprenante venant d’un parti qui prétend, dans son identité et dans son histoire, faire de la politique « autrement ». Serait-ce alors le signe d’une mutation du parti écologiste : à l’origine mouvement de contre-pouvoir en prise avec la société civile, il deviendrait une organisation de conquête et de conservation du pouvoir ? Passant ainsi du vert-de-rage au vert-de-gris.

1 – Signalons tout de même qu’Olivier Longeon est le seul de tous les candidats à avoir répondu à notre demande de présentation chiffrée (estimation du coût et mode de financement) de leurs principales propositions. Nous publierons sa réponse dans les jours qui viennent.

LES TROIS MESURES LES PLUS MARQUANTES

  • Création d’une traversée verte du centre-ville allant de l’ancienne école des beaux-arts jusqu’au jardin des plantes avec transformation des Ursules en jardin
  • Création d’un parc de mille vélos électriques
  • Droit de votation d’initiative citoyenne à partir de 5 000 signatures pour les habitants de plus de 16 ans

LA PROPOSITION LA PLUS ORIGINALE

  • Plantation de 7 777 arbres fruitiers accessibles à tous

LA PROPOSITION LA PLUS ABRACADABRANTESQUE

  • « Les paysages de la ville présentant la campagne au bout des rues seront protégés de façon à ce que les nouvelles architectures ne viennent pas abîmer ou boucher des points de vue qui font la qualité de cette ville aux portes d’un parc naturel »

PRINCIPALES PROPOSITIONS PAR THÈMES

DÉMOCRATIE LOCALE

Municipalisation de la gestion de l’eau

Instauration d’un droit de votation d’initiative citoyenne à partir de 5 000 signatures de Stéphanois (10 000 si cela concerne Saint-Étienne Métropole) pour tous les habitants de plus de 16 ans

Évaluation des politiques menées conduite de manière indépendante

Débat budgétaire de la ville précédé d’une consultation de la population

Formation aux finances publiques des habitants qui le souhaitent

Politique d’accès aux données et informations « open-data »

Audit indépendant du système de vidéosurveillance

Budgets participatifs par quartier

Création de comités d’usagers des services publics

ENVIRONNEMENT – CADRE DE VIE

Création d’une traversée verte du centre-ville allant de l’ancienne école des beaux-arts jusqu’au jardin des plantes

Transformation des Ursules en jardin avec un miroir d’eau

Suppression de la publicité commerciale dans l’espace public, remplacée par des panneaux de libre expression et d’informations d’intérêt général et local

Développement des zones du centre-ville limitées à 30 km/h et à 20 km/h

Coeur de ville rendu aux piétons

Furan à ciel ouvert en plusieurs endroits de la ville, bordé d’un chemin de promenade de Rochetaillée jusqu’à Valbenoite

Généralisation du plan façade du centre-ville dans les quartiers

Création d’une charte de couleur pour rénover les immeubles hauts et visibles de loin, afin que ceux-ci s’intègrent davantage dans le paysage

Intégration des espaces commerciaux d’entrée de ville dans des parcs arborés et très végétalisés

Agrandissement du parc du bois d’Avaize et du parc Jean Marc

Plantation de 7 777 arbres fruitiers accessibles à tous

Interdiction des produits phytosanitaires

Création d’une Maison de la nature et de l’environnement dans l’ancienne école des Beaux-Arts

100 % d’alimentation bio et locale dans toute la restauration collective

Ré-installation de la brigade de l’environnement

Création de ressourceries et de recycleries de quartiers pour les prêts et dons d’objets

TRANSPORTS

Création d’un parc de mille vélos électriques

Création de deux voies rapides et indépendantes pour vélos : Bellevue / La terrasse, et Châteaucreux / Clapier

Instauration de tarifs gratuits et création d’un « pass famille » dans les transports publics

Hausse de la fréquence des horaires sur les lignes de bus desservant les quartiers éloignés

Ouverture d’une ligne de bus à haut niveau de service sur le trajet Montchovet – Métare –Centre Ville – Montreynaud en continuité vers la Talaudière – Sorbiers. Elle sera en site propre

Création de parkings relais aux différentes entrées de la ville

Électrification de la ligne de TER entre Saint-Étienne et le sud de la Plaine du Forez

Instauration d’un TER cadencé entre Andrézieux, Saint-Étienne, Firminy et Lyon

Création de plateformes logistiques de livraisons urbaines aux entrées de la ville

SOLIDARITÉ

Création de « maisons du quotidien » dans tous les quartiers (avec services médicaux, sociaux et administratifs)

Ouverture d’un lieu d’accueil pour toutes les personnes en « situation précaire »

Création d’un lieu d’accueil des aidants des personnes dépendantes

Création d’un «pause café solidaire» dans le centre-ville pour les personnes «fatiguées » (personnes handicapées, âgées, avec enfants, en difficulté de santé passagère ou durable…) avec accès et toilettes adaptées, table à langer, accueil des aidants, places de parking réservée pour navette, lit de secours

Création d’un centre d’accueil LGBT+

Ouverture d’épiceries solidaires

Création de postes d’éducateurs de prévention

ÉCOLES – FAMILLES

Construction de nouvelles écoles

Développement d’une offre périscolaire innovante s’appuyant sur l’éducation populaire, l’écocitoyenneté, la préservation de l’environnement et le soin aux animaux

Développement des médiations familiales, notamment au travers des « écoles de parents »

LOGEMENT

Résorption des 12 000 logements vacants

Création d’un « permis de louer » pour accélérer la rénovation des logements et assurer la réalité et la qualité des travaux pour les logements ouverts à la location

CULTURE – SPORTS

Création d’un festival « arts dans et de la rue »

Organisation de tournois sportifs «olympiades de quartiers »

ANIMAUX

Une petite équipe municipale sera dédiée au soin des animaux

Les jardins, parcs, cimetières, stades et places de la ville deviendront des refuges pour les oiseaux

Installation de nichoirs pour oiseaux

Soutien aux programmes de stérilisation des chats et chiens

Création d’un événement annuel sur la sensibilisation à la cause animale et l’adoption

Soutien à l’adoption de chats et de chiens

Interdiction des cirques avec animaux