undefined Gaël Perdriau (LR), né en 1972, ancien cadre commercial chez Total, GDF SUEZ et ERDF. Conseiller municipal de Saint-Étienne depuis 1995. Maire de Saint-Étienne depuis 2014. Vice-président du parti Les Républicains. Gaël Perdriau a présenté sa liste le 6 février, qui reprend une grande partie des membres de la majorité sortante. Deux promotions sont à signaler, celles de Siham Labich, qui passe du poste de 11e adjointe à la 2e place sur la liste, et de Nadia Semache, qui passe du poste de conseillère municipale déléguée à la 6e place. Parmi les recrues de choix, on notera l’entrée en 5e position de Patrick Michaud, médecin généraliste stéphanois réputé, président de l’antenne départementale de la Ligue contre le cancer. Côté propositions, Gaël Perdriau n’a rien présenté de marquant et compte visiblement sur son bilan pour se faire réélire. Site Web / Page Facebook

undefined Olivier Longeon (EELV), né en 1967, urbaniste géographe, conseiller municipal et métropolitain d’opposition, candidat écologiste aux élections municipales de Saint-Étienne en 2008 et 2014. Parmi les principaux points de son projet : municipalisation de l’eau, droit de votation d’initiative citoyenne, construction de nouvelles écoles, interdiction des pesticides, installation de composteurs dans les immeubles, suppression de la publicité commerciale dans l’espace public… Parmi les présences notables de sa liste, on notera en 4e position celle de l’ancienne responsable locale de La République en marche, Magalie Viallon, candidate pressentie pour les municipales à qui le parti d’Emmanuel Macron a préféré l’ancien footballeur Patrick Revelli. Site Web Page Facebook

undefined Pierrick Courbon (PS), né en 1985, conseiller municipal et départemental d’opposition, ancien attaché parlementaire du député de la Loire Régis Juanico (PS puis Génération.s). A présenté sa liste et son programme le 10 février. Le principal signe particulier de sa liste est la parité entre les candidats qui représentent des partis politiques (PS, PCF, Génération-s, A gauche autrement, Radicaux de gauche) et ceux qui ne sont pas encartés. Il faut souligner aussi la présence de Régis Juanico en 3e position (alors qu’il avait annoncé fin 2019 qu’il ne briguerait aucun mandat, pas même celui de conseiller municipal). La proposition la plus marquante, qui a contribué à lancer la campagne des municipales, est la gratuité des transports en commun. L’autre axe fort porte sur l’enfance, avec l’ouverture de cent places de crèche, la création d’une école au centre-ville (à la Charité), et un poste supplémentaire d’ATSEM par école maternelle. Site Web Page Facebook

undefined St-T La Citoyenne : sa liste, qui se veut « citoyenne » est composée pour moitié dans les premières places (éligibles) de militants de la France insoumise, à commencer par la tête de liste, Andrée Taurinya, ancienne candidate aux législatives et aux régionales (photo, à gauche). . Leur programme est le plus dense et le plus austère (58 pages sans aucune illustration). S’il avance quelques propositions assez sensationnelles et invraisemblables comme l’instauration de téléphériques entre Montreynaud et le centre-ville, d’une part, et Montchauvet, la Cotonne et les Ursules, d’autre part, il marque une volonté politique très affirmée avec notamment la municipalisation de la gestion de l’eau, des transports en commun et des parkings, et insiste sur la morale civique et personnelle des élus (charte éthique, rémunération, cumul de mandat). Site Web Page Facebook

undefined Patrick Revelli, tête de liste LREM, né en 1951, a été footballeur professionnel de 1969 à 1984 (dont neuf ans, de 1969 à 1978, au club de Saint-Étienne, l’ASSE). Il a été ensuite commercial chez Adidas puis à l’ASSE et conseiller technique aux sports du maire de Saint-Étienne, Maurice Vincent (PS), de 2008 à 2014. Pas vraiment de personnalité notable sur sa liste, dont il met en avant le caractère « issu de la société civile ». Son programme est très axé sur les questions de sécurité, avec notamment l’instauration de nouvelles caméra de surveillance ultra-sophistiquées. Site Web / Page Facebook

undefined Romain Brossard (Lutte Ouvrière), né en 1977, enseignant au lycée Fauriel. A présenté sa liste et pas vraiment son programme, Lutte Ouvrière expliquant que les principaux axes de son programme visent les niveaux national et international. Développe un point de vue sur le vélo et les pistes cyclables assez original et à contre-courant. Page Facebook

undefined Zahra Bencharif (Parti Radical de Gauche) : peu, voire pas, de communication sur sa campagne. Globalement très peu d’informations sur son parcours. Suppléante du député de la Loire Jean-Michel Mis (LREM). A publié son programme et sa liste une semaine avant le premier tour. Son programme se résume à de grands généralités et une poignée de propositinos concrètes que l’on retrouve dans les programme d’autres candidats. Pas de site internet. Page Facebook

undefined Sophie Robert (RN), née en 1972, ancienne chef d’entreprise artisanale, « exerce aujourd’hui plusieurs missions de comptabilité et de gestion administrative et organisation d’évènements en tant que travailleuse indépendante », selon la présentation de son site internet, élue conseillère municipale à Feurs en 2014. Pas de grande surprise sur sa liste. Son programme est très court et essentiellement axé autour de la sécurité. Autre particularité : la candidate propose de creuser un tunnel routier de 5 km sous la ville et de rendre gratuites deux-mille place de parking. Site Internet